le pôle de santé libéral et ambulatoire


LA COMPÉTENCE SANTÉ, UN VÉRITABLE ENJEU DE TERRITOIRE

La communauté de communes est statutairement compétente dans le domaine de la santé. Il s’agit d’un secteur complexe impliquant de nombreux acteurs mais qui doit être appréhendé comme un véritable enjeu de développement dépassant largement le cadre des frontières communales. C’est en ce sens que l’échelon intercommunal apparaît comme le mieux adapté pour la mise en œuvre de cette compétence. Pas seulement en raison des moyens qu’il peut potentiellement permettre de dégager mais aussi parce qu’il doit traduire une approche volontariste d’aménagement du territoire médical.

 

Pour Coutances mer et bocage, l’enjeu est clairement identifié. Le pôle de santé libéral et ambulatoire de Coutances est construit sur la zone d’activités de Delasse et est ouvert au public depuis novembre 2017. Ce sont près de 20 praticiens qui sont engagés sur ce site. Les démarches se poursuivent notamment auprès des médecins généralistes. Il est important de préciser que le PSLA s’appuie sur un projet de santé établi par les professionnels et qui constituera un document de référence pour l’avenir. 

 

 

Le chantier de la maison de santé de Gouville-sur-Mer est également terminé sur la zone commerciale de centre-bourg. Elle accueille notamment deux médecins généralistes, un cabinet d’ophtalmologie, un cabinet de thérapie manuelle et deux cabinets infirmiers. Ce bâtiment conçu, comme extensible, a été livré à l'été 2017. Il favorise le travail partenarial sur lequel est fondé le projet d’établissement. Coutances mer et bocage gère également les maisons médicales de Saint-Sauveur-Lendelin et Gavray. Abritant des médecins généralistes et des spécialités diverses (infirmières, kinésithérapeutes dentistes, orthophoniste, psychologue…), elles permettent d’assurer une offre de soins de qualité en milieu rural pour une population ne se limitant pas aux seules communes d’implantation. La première responsabilité de la communauté de communes est de rester à l’écoute des praticiens exerçant dans ces établissements en leur offrant des conditions locatives et matérielles optimales. Il s’agira ensuite de faciliter les connexions, encore une fois en appréhendant la santé comme un véritable enjeu de développement local.

REOUR EN DÉTAILS SUR ... LE PROJET PSLA

La création du pôle de santé est l’aboutissement d’une réflexion née il y a plus de dix ans. Tout a débuté avec le constat, dès 2006, que des médecins coutançais arrivés à l’âge de la retraite ne trouvaient pas de successeurs. Une problématique nationale à laquelle le maire de Coutances, Yves Lamy, voulait apporter une réponse locale à travers le projet de PSLA. « J’ai contacté plusieurs praticiens médicaux qui se sont montrés motivés dès le début pour exposer ce projet à leurs confrères, les uns se sont montrés curieux, les autres intéressés et certains partants. Le groupe d’une vingtaine d’entre eux s’est constitué progressivement, l’état de leurs besoins a été dressé, et les conditions financières proposées ont conforté leur engagement »indique Yves Lamy. Il s’agissait de répartir les 1 700 m2 du pôle en secteur privé (cabinet), privé partagé (salle d’attente), public (couloir, accueil), et de leur attribuer une valeur, « au total nous sommes arrivés à 1 200 m2 commercialisables ».

 

En parallèle, le projet médical a été élaboré et a permis d’obtenir le soutien de l’Agence régionale de santé, du département et de la région (470 783,43€ au titre du Fonds européen agricole pour le développement rural - FEADER), avec en contrepartie un montant de subvention de 1,5 M€ pour un coût total de 3,5 M€ HT. Le reste à charge a nécessité le recours à un emprunt de 1,9 M€, les loyers assurant son remboursement sur 25 ans. 

 

Dès l’ouverture, le pôle affichait 80 % d’occupation. Le premier étage affiche complet avec une sage-femme, deux orthoptistes, un psychomotricien, un diététicien, deux dentistes, deux dermatologues. Le rez-de-chaussée est occupé par deux psychologues, deux kinésithérapeutes, deux podologues, un ergothérapeute, un cabinet infirmier, deux médecins généralistes. « Cet équipement est appelé à devenir le pivot de l’ensemble des maisons médicales du territoire »indique Yves Lamy, « l’arrivée de la fibre optique depuis janvier 2018 va offrir de nouvelles possibilités techniques notamment en matière d’imagerie médicale et d’échanges entre praticiens ».


Plus de renseignements sur le Fonds européen agricole pour le développement rural (FEADER), en cliquant ici